Les feuilles commencent tranquillement à tomber des arbres, les épisodes de canicule semblent enfin être derrière nous et on entend les cloches des écoles retentir dans tout le voisinage. Pas de doute; la rentrée scolaire est officiellement arrivée.

Et en cette période de rentrée, nous profitons de l’occasion pour vous partager une belle réussite de l’année scolaire 2020-21, qui, malgré la tourmente et les imprévus, a réussi à offrir de beaux moments aux jeunes. 

Le partenariat entre Pour 3 Points, l’école primaire Le Carignan à Montréal-Nord et le programme Coop Multisports Plus est sûrement l’un des plus beaux souvenirs que l’on garde de la dernière année scolaire. C’est Wilmann Édouard, conseiller en développement chez Pour 3 Points et lui-même coach certifié P3P, qui a développé cette alliance, lui qui est coordonnateur du programme de la Coop.

Wilmann Édouard, lors de sa formation comme conseiller en développement

La Coop Multisports Plus, qui œuvre à Montréal-Nord, est une organisation à vocation culturelle, sportive et socio-économique au service des jeunes et des communautés. La Coop et l’école Le Carignan étant complices depuis cinq ans, Wilmann percevait une belle occasion d’y impliquer les coachs Pour 3 Points en contexte de pandémie. Il en a donc parlé à Pascale Beaudry, directrice de l’école Le Carignan.

“Je me suis rendue compte que la COVID amenait beaucoup de contraintes au niveau des récréations, a mentionné Mme Beaudry. Et pour être capable de répondre aux besoins des sorties d’école qui étaient plus compliquées qu’à l’habitude, j’en demandais beaucoup aux enseignants parce que je manquais de personnel.” 

Mme Beaudry a donc décidé d’instaurer des récréations plus longues à l’intérieur même de la plage horaire de l’école pour faire office d’activités parascolaires en plein jour, et Wilmann lui a fourni – en faisant appel à la riche banque de coachs Pour 3 Points – des animateur·trice·s pour s’occuper des élèves… et donner un peu de répit aux enseignant·e·s du même coup.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Pour 3 points (@pour3points)

Le proverbe “l’union fait la force” est revenu souvent lors des conversations au sujet de la magie qui a opéré à l’école Le Carignan l’année dernière. Du personnel enseignant à la direction de l’école, en passant par Wilmann et les coachs invité·e·s, tout ce beau monde s’est uni pour “faire des enfants heureux”, comme Wilmann l’a si bien dit.

“On a été très privilégiés comparativement à ce qui se passait dans d’autres écoles où les activités étaient arrêtées à cause de la pandémie, a-t-il évoqué. On sortait avec les jeunes, on prenait des marches, on avait des moments de discussions, on jouait à des jeux, en plus de toutes les choses que les coachs offraient. C’est une fierté pour nous à Montréal-Nord, et c’est Pour 3 Points qui a rendu ça possible pour les enfants. Quand on parle d’égalité des chances [dans la mission de P3P], c’est de ça dont il est question.”

Une mission très similaire à celle que porte Mme Beaudry dans son école, et qui a contribué à la richesse du partenariat.

“La base de tout ça, c’est la persévérance scolaire et c’est s’assurer que chaque élève de notre milieu ait une possibilité d’explorer ses intérêts, de travailler au niveau de son estime de soi et de s’assurer qu’il ait des bases solides pour maintenir sa scolarisation le plus longtemps possible.

“On a intégré Pour 3 Points à notre école, à notre famille. Dans d’autres écoles, les profs ne sont pas impliqués dans les activités parascolaires, ils ne les voient pas. Mais là, c’était dans leur quotidien. Il y a une alliance qui s’est créée. Et c’est ce que les parents et les enseignants ont retenu; ç’a été extraordinaire comme expérience, très enrichissant.”

Émile Bilodeau, auteur-compositeur-interprète et coach certifié P3P de la cohorte 2020-21, est un des quelques coachs à avoir volontiers accepté de participer à ce partenariat (il a dans son cas choisi d’offrir des ateliers d’écriture musicale aux jeunes qui lui étaient assigné·e·s). Émile témoigne des liens qu’il a tissés avec les jeunes et le personnel enseignant avec beaucoup d’enthousiasme.

“Ça me permettait de ramener ça à des liens humains, de voir comment des jeunes respectent ces profs, à quel point les profs font bien leur travail, à quel point c’est important ce qu’ils font. […] Tout ça a fait mijoter beaucoup de choses dans mon cerveau, dans mon coeur. Et c’est là que je suis allé chercher ma paie, ç’a fait du bien.”

Un texte écrit par Emna Achour et Fabrice Vil